IMV

Institut des métiers de la ville

  • ile de france imv
  • idmdlv
  • logo Paris region

séminaire: urbanisation des secteur à forte contrainte

mer. mars 9 2016 08:30 — 12:30

 Add this to Calendar

En marge de l'atelier collectif organisé avec le HUPI, l'IMV propose un séminaire d'une journée.

Le Vietnam en général et Hanoi en particulier sont dans une phase de forte croissance marquée par le développement de l’économie et par une profonde mutation de la société notamment via l’urbanisation. Cette croissance, économique, sociale et urbaine, est souvent exprimée par des chiffres (croissance du PIB, taux d’urbanisation…) et souffre ainsi d’un mal profond : elle est déterritorialisée. De plus, de nombreux acteurs de la fabrique de la ville : urbanistes, fonctionnaires des services publics, architectes, etc., ont l’habitude de favoriser le travail « en chambre » plutôt que l’arpentage du terrain ; préférant l’analyse des données chiffrées à celles issues de l’observation in situ. Ces pratiques professionnelles accentuent encore le manque d’ancrage des projets sur leur territoire. Et portant, toutes actions urbanistiques sont pensées dans un contexte socio-économique et prennent place sur un site, un territoire.

La pensée urbanistique française, enseignée entre autre à l’école supérieure d’architecture de Paris-Belleville, se veut contextuelle, utilisant les éléments existants, le site, les données environnementales, géographiques et physiques comme des atouts pour le projet urbain qui ne se fait pas sur une feuille blanche mais sur un terrain complexe à étudier, analyser et diagnostiquer avant d’y trouver les éléments qui donneront sens au projet. Cette méthodologie du projet nécessite un important travail de terrain, in situ, et s’apparente au « projet local » cher à Alberto Magnaghi (Le projet local, Editions Mardaga, 2003). Plus les contraintes sont fortes et plus l’étude du site permet de faire émerger le projet urbain. Ainsi, l’urbanisation des secteurs à forte contrainte est un cas d’étude privilégié pour appliquer cette méthode de projet urbain intégré, basée sur une approche contextuelle et l’analyse d’informations obtenues par l’observation et la compréhension du site.

La géographie, la matérialité des formes urbaines existantes et les réalités sociales sont donc un premier type de contrainte lorsqu’on aménage un site. Ces contraintes sont également autant de potentialités pour développer un projet intégré et contextuel.

 

La nécessité de penser la ville durable ajoute un autre type de contrainte pour les acteurs urbains. Actuellement, alors que la lutte contre le réchauffement climatique est au cœur des réflexions urbanistiques, il est devenu essentiel de penser la ville de demain plus résiliente, concept à la mode mais également reflet d’une réalité particulièrement vraie au Vietnam, un des pays les plus touché par les conséquences du réchauffement climatique. Les enjeux environnementaux et l’impact des actions urbanistiques font désormais l’objet d’études préalable au projet d’aménagement, d’autant plus si le site d’intervention est situé dans un secteur dit à risque. Penser la ville durable et résiliente, c’est aussi créer de nouveaux quartiers capables de s’adapter à l’environnement et aux risques, en limitant les effets induits par le dérèglement climatique et capable d’assurer les fonctions urbaines en maitrisant la consommation d’énergie, la gestion des déchets, l’efficacité des équipements publics, une mobilité facilité, etc.

La ville de Hanoi, comme beaucoup d’autres villes, fait face à une extension de son territoire urbanisé, mais doit également intervenir sur un tissu urbain déjà bâti, déjà habité pour en améliorer son urbanité ou ses usages. Ainsi plusieurs secteurs de la ville ont de fortes contraintes à prendre en compte dans les projets urbains ; ces contraintes peuvent être géographique (le fleuve, les zones humides…), sociales (secteurs denses, pauvreté urbaine, forte demande en logement ou équipement…), structurelles (large boulevard créant une coupure, infrastructure de transport…) etc… Selon leur localisation géographique, certains sites cumulent plusieurs types de contraintes et placent les urbanistes et les décideurs politiques dans des situations inconfortables, avec des dilemmes quant aux priorités à donner, aux réponses à apporter aux populations locales et aux choix urbanistiques à faire.

Le cas du secteur entre ville et fleuve à Hanoi, notamment dans les districts urbains centraux, est précisément un endroit où s’accumulent les contraintes : Forte densité de population, risques d’inondation, forte coupure urbaine avec le boulevard et la digue, une forme urbaine compact et difficile à traverser accentuant l’effet de barrière entre la ville et la berge, lieu de déversoir des égouts urbains, populations fragiles et logements précaires, etc. Pour ces raisons, nous avons choisi ce secteur comme site d’analyse et de projet pour l’atelier collectif organisé avec l’Institut des Métiers de la Ville, l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville, l’Institut d’urbanisme de Hanoi et l’Université d’Architecture de Hanoi.

Le présent séminaire permettra d’échanger entre urbanistes vietnamiens et français sur les méthodes et les pratiques professionnelles pour l’urbanisation des secteurs à forte contrainte, mais également d’exposer des études de cas où des solutions ont été proposées pour s’adapter et créer de l’urbanité, soit malgré les contraintes, soit en les intégrant au projet. 

 

Fermer