IMV

Institut des métiers de la ville

  • ile de france imv
  • idmdlv
  • logo Paris region

Projet de ligne de Métro Est-Ouest (ligne 3)

2003-2019

Confrontées à la saturation croissante des réseaux routiers et de bus, les autorités municipales réfléchissent depuis le début des années 2000, à la mise en place d’un réseau de transport en commun ferré de haute capacité.Cinq lignes de Métro, principalement aériennes, sont aujourd’hui en travaux ou à l’étude. L’IMV est à l’origine du projet de ligne de Métro Est-Ouest (ligne 3) et participe toujours activement à cette initiative.

Caractéristiques de la ligne :

Longue de 12 km la ligne 3 comprend 4 stations souterraines dans la partie centre-ville et 8 stations aériennes dans la partie périphérique. Le nombre de passagers attendus sur le tronçon le plus chargé est de 16 500 en heure de pointe mais pourrait doubler à l’horizon 2040[1]. Sa mise en service est prévue en 2019. Le terminus Ouest de la ligne se situe dans une zone actuellement périurbaine mais en cours d’urbanisation rapide. Il est donc important d’y définir le plus tôt possible les besoins fonciers pour l’aménagement de ces équipements, afin d’identifier et de réserver les terrains les mieux situés.

Historique du projet :

Le concept de réalisation d’un transport en commun structurant sur l’axe Est-Ouest reliant la gare de Hanoi à la périphérie Ouest de la ville (axe RN 32), avait été initié dès le début des années 2000. L’objectif fixé était alors une mise en service pour l’ouverture des Jeux d’Asie du Sud-est organisés à Hanoi en 2003. Une ligne de Tramway avait été envisagée et une étude préliminaire financée par la région Île-de-France avait été réalisée. Cette première étude a permis de poser les bases du projet et d’obtenir des fonds du ministère de l’économie et des finances français (FASEP) pour la réalisation de l’étude de faisabilité.

Par la suite, dans la crainte qu’une ligne légère soit rapidement saturée, le projet a évolué vers une  ligne de Métro plus capacitaire et des organismes étatiques ont pris le relais de l’IMV pour le portage du projet : mission économique de l’ambassade de France, FFEM et Agence Française de Développement (AFD). L’IMV est resté actif sur le projet notamment en apportant son soutien technique par la réalisation d’enquêtes mobilité/trafic nécessaires à la réalisation des études de faisabilité : 

  • Enquête de comptage des passagers à l’arrêt Nhon
  • Enquête qualitative auprès des passagers de l’arrêt Nhon
  • Enquête de comptage du trafic sur le corridor futur métro

Ces études ont permis de préciser les options d’insertion et une première estimation du coût du projet d’environ 700 millions d’euros. Sur cette base un accord pour le financement a pu être trouvé. Il s’agit de prêts réalisés par l’AFD, le ministère des finances français, la Banque Asiatique de Développement et la Banque Européenne d’Investissements. Le projet, désormais estimé à 1,2 milliards d'euros, connait un important surcoût dus entre-autre aux dépassements des délais initialement prévus (voir l'article AFD).

Actuellement la ligne de métro n°3 est en chantier; les études techniques et l'assistance à maitrise d'ouvrage sont assurées par SYSTRA qui a un bureau localement implanté à Hanoi depuis le début du projet. Le maitre d'ouvrage délégué par le Comité Populaire de Hanoi est le Metropolitain Railway Broad (MRB) également chargé de la réalisation d'autres lignes de métro dont la ligne 2 financée grâce à un support japonais.

 

Dans la continuité de l’accompagnement de la Région au projet de métro de la ligne n°3, l’IMV a mené en 2012 une étude préliminaire pour l’intégration modale et urbaine du terminus Ouest « Nhon », pour le compte de la ville de Hanoi. Il est proposé la création de parcs-relais pour motos, vélos et voitures, une gare de bus urbaine et interurbaine, une station de taxi, un dépose-minute ainsi que des commerces, cafés et espaces publics. L’objectif est d’accompagner la réalisation de la ligne de métro en insistant sur la nécessité d’aménager à son terminus, tous les équipements nécessaires au report modal des modes de transport individuel et/ou collectif vers le métro (parcs-relais voiture, moto et vélo, gare de bus pour les lignes urbaines et interprovinciales, gare de taxi). Le traitement paysagé de ce futur pôle urbain majeur de la ville a fait l’objet de nombreuses considérations. 



[1] Source : Hanoi Pilot Light Metro Line , section Nhon – Hanoi Railway station, mars 2009

Fermer