IMV

Institut des métiers de la ville

  • ile de france imv
  • idmdlv
  • logo Paris region

environnement

Les questions environnementales deviennent de plus en plus prégnantes à Hanoi sous l’effet cumulé de la croissance démographique et du développement industriel. En réaction, le Comité populaire mobilise d’importants investissements publics et privés pour moderniser les infrastructures du secteur. Lors du sommet de la COP21 (décembre 2015) à Paris, en marge des décisions et déclarations entre états, la Région Île-de-France avec ces partenaires internationaux, dont le Comité Populaire de Hanoi, souhaitent souligner le rôle des collectivités territoriales dans la lutte contre le réchauffement climatique. La récente déclaration commune d’intention signée lors du colloque parisien du 15 avril 2015 est une première étape pour engager la coopération décentralisée vers des actions de sauvegarde de l’environnement et de lutte contre les dérèglements climatiques.

Dans le domaine de l’environnement, fort de son expérience dans le district périurbain de Gia Lam, l’IMV souhaite s’impliquer sur un territoire plus large, à l’échelle de la province de Hanoi. Pour ce faire, l’IMV mobilisera l’expertise francilienne sur les technologies de traitement des déchets solides par incinération (priorité du comité populaire pour la période 2015-2020) et de traitement des boues de latrines. La pollution atmosphérique et des milieux aquatiques est particulièrement prégnante à Hanoi. Le Comité populaire a approuvé récemment un plan d’installation de stations de mesures de la qualité de l’air et de l’eau que le Service de l’environnement de Hanoi est chargé de mettre en œuvre.

Le Vietnam et l’un des pays les plus impactés par le réchauffement climatique au monde. Dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre le réchauffement climatique, le Service de l’environnement de Hanoi est en charge de concevoir un plan de gestion intégrée des données environnementales pour Hanoi. Avec le développement de la capitale, les problèmes environnementaux dans les zones urbaines et périurbaines s’accroissent. Premièrement, la quantité de déchets domestiques augmente considérablement et pose de sérieux problèmes de gestion. Deuxièmement, les eaux usées domestiques et industrielles polluent de façon très significative l’ensemble des milieux aquatiques des villages périurbains de Hanoï. Ces pollutions ont des conséquences graves sur la santé des populations et sur l’environnement. Enfin, les rejets sauvages de déchets se multiplient, entrainant à la fois des pollutions environnementales et visuelles. L’enjeu aujourd’hui à Hanoi est de pouvoir mettre en place des solutions simples permettant d’améliorer les conditions environnementales et sanitaires des zones périurbaines dans une démarche de développement durable.

La Région Île-de-France dispose d’un Plan « climat, air, énergie » régional et de compétence pour appuyer le Comité populaire dans cette mission sous forme des formations, missions d’études, ou participation à des séminaires internationaux.

Fermer